Gnassingbé2 et sa maman Madame Mensah Sabine chez le Pape
Gnassingbé2 et sa maman Madame Mensah Sabine chez le Pape

L’Eglise catholique doit porter sa croix ! Associé à la Commission Vérité Justice Réconciliation (CVJR) pour l’avoir présidée, dans ce pays où la duplicité des dirigeants est connue de tous, Monseigneur Nicodème Barrigah, l’homme de Dieu, a été sollicité dans ce rôle que certains assimilent à une caution morale permettant au pouvoir de Lomé d’échapper au courroux des défenseurs des droits de l’Homme. Mais Gnassingbé Faure, le Chef d’Etat, n’a pas respecté ses engagements.

La mise en œuvre des recommandations de la CVJR pourrait être un remède à la délicate et récurrente violation des droits humains en période pré et post-électorale. Mais Gnassigbe2 se cache derrière le respect dû à l’Eglise pour narguer les populations…

L’église catholique va devoir assumer de fait les responsabilités liées au refus par Gnassingbé Faure de mettre en œuvre les recommandations issues des travaux de cette commission.

Aujourd’hui, les reformes telles que prescrites sont repoussées aux calendes grecques, malgré la colère du peuple. L’Eglise a beau contribuer à plusieurs reprises à l’apaisement social, le pouvoir de Lomé reste sourd à toute autre revendication, entre autres, le retour à l’article 59 de la constitution togolaise de 1992 qui limite le mandat présidentiel à deux.

Ayant réceptionné solennellement le rapport final, Gnassingbé Faure n’avait-il pas juré publiquement reconnaître l’urgence de ces reformes? Mais depuis lors, il se fourvoie et refuse de mettre en pratique les indications de la CVJR. Un mépris à l’endroit de l’homme de Dieu et l’Eglise !

Celui qui se moque de l’Homme de Dieu, se condamne lui-même d’office. Dans l’illusion du pouvoir de "Père en fils", Gnassingbe2 ne se trompe-t-il pas d’époque ?

Ayegnon Kossi

00228 90214293

blaiseayegnon@gmail.com

Retour à l'accueil