une cimenterie à l’entrée de la ville de Lomé qui pollue de Clinker et de poussière.
une cimenterie à l’entrée de la ville de Lomé qui pollue de Clinker et de poussière.

Décentraliser la cartographie industrielle face aux droits de résidence.

L’Afrique Occidentale s’industrialise, mais comment ? Les plans cadastraux ont-ils prévus des espaces pour la catégorisation des entreprises ? Comment s’organisent-ils ? Sont-ils effectifs? Que prévoit l’Etat face de conflits de voisinage qui bouleversent la stabilité des Nations ?

Un groupe d’élèves déclenche collectivement une épidémie de sinusite et de trouble visuel ; les fiches de renseignements médicaux préalablement fournies par leurs parents dès la rentrée, n’avaient pas révélé ces symptômes. Après prospection, la déduction : une industrie d’imprimerie nouvellement installée à proximité de leur école infeste l’air de polluants chimiques.

En d’autres lieux, nombre de personnes souffrent de surdité de masse. Des expertises révèlent : une entreprise de menuiserie proche de leurs logis expose l’entourage à une nuisance sonore.

Ailleurs, des anomalies de fonctionnement des nerfs ; la dégradation des réservoirs ou tanks vétustes des stations services occasionne des suintements de l’hydrocarbure dans les nappes souterraines. La vente illicite de pétrole et d’hydrocarbure volatiles, à proximité des habitations fait répandre des senteurs insupportables, nocifs aux nerfs.

Installé tout près des écoles et jardins d’enfants, l’explosion d’un transformateur électrique hautement explosif fait courir les cohabitants. Comment exposer les populations aux effets d’un matériel radio actif en cas d’explosion ?

La construction de gratte-ciels, sans système d’assainissement, provoque plusieurs dégâts, dont l’inondation des maisons voisines. Le cas de l’immeuble Eda Oba un hôtel à Lomé, dont les impacts environnementaux négatifs sur le voisinage sont visible à l’œil nu.

Toujours au Togo, des magasins d’entreposage de produits phytosanitaires souillent tout un quartier de Kodjoviakopé, les conséquences sont fatales. L’extension d’entrepôts dans la ville, ne permet plus aux habitations de disposer d’un confort de vie ; les remorques empruntent n’importe quelle route de jour comme de nuit, troublant la circulation…

Au Nigéria, l’extraction de l’or noir par une firme internationale dans le Delta du Niger a contaminé les plantations et rivières, causant des victimes jusque-là non entièrement dédommagées… Ce qui pousse les riverains à l’exode, ou à des résistances.

A Agbodrafo, Kpémé, Goumou Kopé, Hahotoè et environ, l’exploitation des phosphates contamine l’eau de consommation, infeste l’air. Ce qui colorie les dents des populations en couleur café ou jaune sale, affecte l’organisme humain, la respiration et les poumons, réduit l’espérance de vie des fonctionnaires de l’usine, la Société Nouvelle des Phosphates du Togo (SNPT) qui meurent dans les premières années de leur retraite ou bien avant.

Quelle est au jour d’aujourd’hui, le plan de répartition de l’espace géographique sur ce continent en pleine émergence économique ?

Les nouvelles formes de génocides par des industries installées en pleine cité imposent une mort lente et certaine aux habitants. La situation de l’implantation pêle-mêle des usines, source de conflit de voisinage, mérite d’être recadrée afin d’éviter les empoissonnements de l’environnement.

Des communautés tacites, en contradiction permanente avec la renaissance des villes, dont le pouvoir public n’a aucun respect. Le cas des Bè, peuple autochtone de Lomé, et les communautés minoritaires expropriés pour raison d’installation de la centrale hydroélectrique de Nagbéto laissant les Mahi d’Atakpamé, en colère et en errance...

Il y a urgence de créer des agglomérations respectueuses des normes sanitaires et d’une vie plus harmonieuse. Les efforts de réparation doivent être accomplis, quelle que soit la prééminence de l’Etat sur le foncier.

Des cas de figure, d’une ville à l’autre, montrent l’ambition des dirigeants à l’égard de leurs concitoyens. A Abidjan (Côte d’Ivoire), l’implantation de Nescafé dans la zone 4 apporte des saveurs agréables du café en pleine capitale, mieux qu’une cimenterie à l’entrée de la ville de Lomé qui pollue de Clinker et de poussière.

La réorganisation du territoire, lorsqu’elle est bien faite, permet de tirer des avantages non seulement pour l’environnement mais surtout pour le bien-être des populations.

Les ministères de l’environnement, des mines, de l’industrie et de l’habitat des pays impactés doivent réfléchir à mettre en place des règles pour un développement durable au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Retour à l'accueil