Sauter les barrières à la diversité au Togo

Le programme des Nations Unies soutient le forum national sur le leadership professionnel de femmes togolaises qui se déroule à Lomé du 08 au 10 décembre 2014.

La rencontre vise à débattre des problèmes liés à la faible représentativité des femmes aux postes de décision des divers secteurs d’activité des sociétés au Togo. Chiffres à l’appui, ce diagnostic, démontre un tableau peu reluisant.

Plus de 200 femmes se retrouvent pour parler de leur statut. Il ne s’agit pas uniquement de prôner l’inclusion, mais de réussir à tirer la substance des différentes potentialités inclues dans la société ; en somme, un besoin sérieux, selon le Directeur Général de Shell.

Il est observé que la femme dispose d’énormes ressources restées éteintes à cause de pesanteurs culturelles, une divergence basée sur des objectifs clairs qui relèguent le sexe féminin à un second rôle ; un a priori qui freine la diversité et amenuise les relations diversifiées qu’il faut dépasser et valoriser de la manière naturelle, la femme intégrée dans l’entreprise.

Les femmes pensent que leur difficulté est liée au mode de pensée dans les sociétés, à un formatage masculin, une observation que contredit partiellement le progrès non moins important observé auprès des femmes "Nana Benz" du Togo, mondialement qualifiées dans l’expertise du commerce international des tissus Wax.

Le DG de Sodigaz indique qu’accepter de se faire clochardiser à des postes de faire-valoir, des programmes préétablis, par des fonctions occupées du fait de stéréotype, est davantage indicateur de « l’infériorité » de la femme et son auto stigmatisation, elle donne le sentiment que c’est exceptionnel d’être tel ou tel autre, au même titre que le genre masculin; avant d’établir la comparaison selon laquelle la reproductivité, essence de la femme devrait se rejaillir sur ses ouvrages et ses entreprises, une analogie généralement peu probable dans le monde des affaires, malgré que le genre même du mot entreprise est la faveur de la femme.

Les attentes d’implication des femmes dans les prises de décision autorisent la société à penser à la mise en place des mesures d’accompagnement de la femme sollicitée en tant que fonctionnaire et aussi mère de famille. Certains estiment que le télétravail pourrait bien aider ... Mais, il faut reconstruire les modes pensées afin de développer le rôle des femmes.

La promotion d’une égalité de chances vise l’objectif définitif que la femme fournisse de meilleurs résultats. L’engagement au sommet est réel et peut transformer la vision en procédure, avec les moyens adéquats.

Au cours des débats, les hommes sont accusés par les femmes de confiscation de leur dignité. Au vu des différentes allégations formulées par nos mères, n’y a-t-il pas lieu de se soucier d’une crise socioculturelle assez profonde qui fait des hommes le prédateur des libertés des femmes ?

L’absence des hommes fait croire à un apartheid de la femme à l’égard du genre masculin. Associer l’homme à ce forum ne peut-il pas contribuer à mieux poser le problème afin de trouver une solution consensuelle ?

Toutefois, la question soulevée est de savoir si ce forum répond à un besoin sociétal, à la mise en valeur strictement économique de la femme togolaise, ou seulement de promotion politique dans un environnement où toute action en faveur du développement a une coloration politique politicienne… ?

Retour à l'accueil