CLIMAT NETWORK ACTION « Décarbonner davantage la planète pour une prospérité pérenne

la COP21

La mer avance de 7m environ sur la terre ferme chaque année sur les cotes Togolaises, un dérèglement climatique qui n’est pas sans conséquence catastrophique : disparition des villages des pêcheurs, pêches infructueuses... La cause : les mauvaises pratiques environnementales, l’utilisation de produits chimiques aggrave la dégradation de l’environnement.

Afin de mettre un frein à cet état de fait, il a été décidé de nouvelles méthodes de production moins polluantes pour la nature. Parmi celles-ci, la suppression des gaz réfrigérant à effet de serre, la réduction du carbonne dans la production….on parle désormais de "décarbonner". D’autres causes du dérèglement climatique existent, elles sont liées aux entreprises qui s’installent pêle-mêle, sans étude sur l’impact de leurs activités sur environnement.

Comment décarbonner ?

195 pays doivent contribuer à réduire les gaz à effet de serre, soit en participant à des actions écologiques, ou par des apports financiers.

"Décarbonner" veut dire en terne simple : produire de l’énergie sans émettre des gaz à effet de serre.

En général, les combustibles et sources d’énergie qui sont utilisées le plus souvent à travers le monde, sont à fort taux d’émission de gaz à effet de serre, c’est-à-dire des gaz qui ne se dégradent pas dans l’environnement, mais dans les nuages, ils forment des boucliers contre la réverbération de la trop pleine chaleur qui devrait rejaillir au-delà de notre système solaire.

De ce fait, la surabondance de cette chaleur va contribuer par plusieurs voies au desséchement des sols, à la fonte des glaciers, au réchauffement climatique, un cercle vicieux.

Face au besoin quotidien : la cuisson des aliments, le chauffage des chambres, la conduite des engins, l’utilisation des énergies considérées comme nocives à l’environnement (le charbon de bois, les hydrocarbures…) est nécessaire, avec les conséquences que l’on connaît déjà.

Bien que ces énergies contribuent à satisfaire aux besoins existentiels, faut-il continuer à les utiliser d’autant plus qu’après avoir rempli ce premier rôle, elles deviennent nocives à l’homme ? Un ensemble d’arsenaux techniques a été mis en place pour servir d’alternative structurelle nouvelle réglementation.

KOSSI BLAISE AYEGNON

Retour à l'accueil