Crise sanitaire au Grand Marché de Lomé

La restructuration du Grand Marché de Lomé, après l’incendie dévastateur de l’immeuble principal, a-t-elle réussi ? L’immeuble commercial ravagé par l’incendie du marché d’Adawlato a été transféré sur un espace aménagé à l’entrée sud-ouest du marché. Parmi lesquelles une boucherie installée dans un bâtiment.

Au cours d’une prospection de vérification d’information sur les lieux, L’Œil d’Afrique a été approché par un groupe de bouchers mécontents qui déplorent non seulement les chiffres d’affaires en nette décroissance, mais surtout que le nouveau bâtiment dans lequel ils siègent ne convient pas à la conservation des aliments, à cause de la nécessite de bonnes conditions d’aération à cet édifice directement exposé au rayonnement solaire, du matin au soir.

Le constat : un tour de tôt au grand marché d’Agbadahonou entre 8 heures et 10 heures, les produits carnés ne résistent pas à la chaleur, se dégradent plutôt que prévu, des senteurs de putréfaction se dégagent du marché et de quelques réfrigérateurs qui sont pourtant dans un bon état de fonctionnement.

Interrogés, les bouchers n’ont qu’un mot à l’endroit des autorités : "le marché et son bâtiment sont peu aérés, inappropriés à la conservation des aliments". L’Œil d’Afrique estime qu’une enquête sanitaire devrait être menée pour mieux appréhender cet état de fait. Aux autorités et surtout aux services d’hygiène et … d’apporter leur expertise à la résorption de la crise.

Ricardo Valens

L’Œil d’Afrique

00228 22 44 21 22

Retour à l'accueil