La carte SIM 4G de MTN international disponible au Bénin, au Ghana et ailleurs

La carte SIM 4G de MTN international disponible au Bénin, au Ghana et ailleurs

Infrastructure numérique et développement en Afrique de l’ouest

La communication numérique revient à faire beaucoup d’innovations en temps réel, en fonction des demandes en matière de terminaux de drainage des productions numériques. Il s’est fait qu’au-delà de ce que les débits sont faibles dans certains pays, il existe encore des réticences avérées en matière de renouvellement des packs et installations logistiques des fournisseurs d’accès.

On a comme l’impression que les fournisseurs d’accès internet exploitent du matériel hors série, désuet, et rejetés ailleurs, sur d’autres territoires. Plus graves, bien que leur prestation ne soit pas à la hauteur, ils paraissent assez coûteux.

Ce qui revient à être limité dans l’exploitation et le transfert de données et payés plus cher. Lorsque par exemple le Ghana est en train de lancer le 4G à travers MTN Ghana, Moov Togo (encore qu’il parait mieux d’autres fournisseurs) promeut avec beaucoup de retard, faire rêver les Togolais avec les 3G, ce, depuis plusieurs années.

Il revient à observer que tous les pays de l’Afrique de l’Ouest ne sont pas au même niveau de développement en matière d’infrastructure numérique, avec pour impact le ralentissement de transfert de données entre habitants de la même région et aussi, appauvrissement d’un citoyen d’un pays où la fracture numérique est plus profonde. Le retard engendré à l’Afrique par cette situation n’est pas encore perçu par les dirigeants, dans la mesure où il n’ya pas de données précises révélant le sous développement informatique par pays.

Dans un entretien avec les étudiants en formation sur la création de fichiers numériques, il nous a été révélé des perturbations qui empêchent de suivre les cours depuis l’Europe ou l’extérieur. Est-ce pour l’Afrique un choix ou une volonté de faire obstacle à la prospérité numérique ? Aujourd’hui, les marchés porteurs du commerce numérique n’existe pas dans certains pays africains.

N’est-il pas possible de lancer un moratoire pour l’uniformisation des technologies téléphoniques ?

Yérima Amidatou

L’œil d’Afrique

00228 97079644c

Retour à l'accueil