Togo/ Cadre de croissance durable en milieu rural

Exécution de travaux publics concertés avec les populations

 

Après les marchés, les pistes rurales et bien avant, les financements de microprojets agricoles. La mise en œuvre du plan national de développement régional pour une croissance inclusive et durable c’est l’interprétation qu’on peut donner à l’action du président de la république qui discrètement se dessine progressivement dans la réalisation graduelle d’un ensemble de projet dans les zones rurale et  semi-urbaines.

Déjà en 2008, ce fut la réalisation de forages et des mini-adductions d’eau dans le projet « accès à l’eau potable en milieu rural et semi-urbain » avec pour finalité de répondre aux besoins des populations.

On se rappelle des distributions d’engrais, l’électrification… une marche vers la véritable autonomisation des femmes dans ces milieux, ces femmes qui portent de lourdes fardeaux.

Une étape de réalisation que le Président de la République Gnassingbé Faure, en personne, a ressenti l’impérieux devoir de se déplacer la semaine dernière pour l’inauguration du marché de Kougnowou. Tous ces actes paraissent pleins de sens, dans la mesure où ils galvanisent par leurs formes, les populations dans l’appropriation des ouvrages et de leur mise en valeur pérenne.

Dans le même ordre d’action, ce 27 octobre 2016, à l’hôtel Ibis une cérémonie de signature d’accords de partenariat a eu lieu. Il s’agit de la construction de 406 km de pistes rurales d’un montant total de 11.063.317.453 f cfa financés à 90% par l’Etat togolais et le Japon qui a déjà déboursé près de 3 milliards cfa.

Près de 20 lots pour les 5 régions du Togo pour un délai d’exécution allant de 8 à 11 mois. La région maritime bénéficie de 4 lots, 77 km d’un montant total de 2.392.009.124 francs cfa. La Région des plateaux : 4 lots pour 68,100Km d’un montant total de 1.743.695.745 francs cfa. Région Central : 3 lots pour 68,2km d’un montant total de 1.267.155.700 francs cfa. Région de la Kara : 4 lots ; 79,7 km d’un montant total de 2.418.173.729 francs. Région de la savane : 5 lots, 113 km, d’un montant total de 3.242.283.155 francs cfa.

Pour la réalisation de ces travaux, Douze (12) entreprises ont été attributaires dont une ivoirienne EBTP/LE NZI.

En ce qui concerne les impacts environnementaux, les études seront confiées à l’Agence Nationale de Gestion de l’Environnement (ANGE).

Par ailleurs, l’Etat togolais impose aux attributaires l’implication des communautés bénéficiaires en leur offrant des emplois-formations pour le suivi et la maintenance des pistes par celles-ci.

Le ministre chargé des infrastructures, Ninsao Gnonfam, a tenu à préciser qu’une piste bien réalisée doit avoir une durée minimale de 5 ans. Pour ce faire, il existe un ensemble de critères que doivent respecter les attributaires :

Le respect des cahiers de charge et les conditions de mises en œuvre, avec présence effective réelle du matériel et du personnel technique sur les chantiers énumérés, en contrepartie, le Programme des nations-unies pour le Développement, institution chargée de piloter le Projet d’Urgence et Développement Communautaire (PUDC), à travers Khardiata Lo N’Diaye, la Représentante Résidente, rassure de ce que les décaissements seront faits à temps au fur et à mesure de l’exécution des travaux.

Victor Coréa

L'Oeil d'Afrique

+228 98075446 - 97079644

 

 

Togo/ Cadre de croissance durable en milieu rural
Togo/ Cadre de croissance durable en milieu rural
Togo/ Cadre de croissance durable en milieu rural
Togo/ Cadre de croissance durable en milieu rural
Retour à l'accueil