Le Ministère de la santé et de la protection sociale a organisé, à l’intention des professionnels des medias,une séance d’information  à l’occasion de la célébration de la Journée de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS). « Intégration régionale et sécurité sanitaire dans l’espace CEDEAO : le rôle du Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies de la CEDEAO », est le thème retenu pour cette 29ème édition de la journée,  qui se déroule normalement chaque 29 juillet, mais commémorée en différé le 30 septembre 2016au Togo.

L’organisation de cette activité à l’intention des médias, part du constat selon lequel, l’OOAS est peu connue de la population. La rencontre a donc pour objectif de présenter l’organe aux médias, qui dans l’exercice de leur métier, la feront mieux connaître à la population à travers ses interventions.

Déroulement de la séance de briefing

La séance d’information s’est déroulée en deuxgrandes étapes:Après la cérémonie d’ouverture conduite par Dr. Akpédjé, Nomeyno, Directrice Générale Adjointe de la santé, les journalistes ont eu droit à une brève présentation de l’OOAS, à travers sa mission, son rôle sa, vision, ses programmes et stratégies. C’est M. WadagniSossah, Point Focal de l’OOAS au Togo qui a assuré cette présentation.

La deuxième partie de la séance, est une communication animéesur  le Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies de la CEDEAO, (CRSCM-CEDEAO) par Dr. AbibaBanla, Directrice de l’INH, Responsable du centre pays de coordination des activités de surveillance et de riposte.

En effet, d’après M. Sossah, la mission de l’OOAS est d’amener les populations de l’espace CEDEAO à un niveau de santé le plus optimal possible sur la base de l’harmonisation des politiques de santé des Etats membres et de la mise en commun des ressources pour trouver des solutions collectives aux problèmes de santé publique de la sous-région.

Ainsi, face aux enjeux de surveillance des maladies et de menace des épidémies dans la sous-région ouest africaine, les Chefs d’Etats ont décidé de mettre sur pieds une structure de surveillance et de riposte des maladies au niveau régional. Selon Dr. Banla, la dernière épidémie de la Maladie à Virus  Ebola (MVE), qui a révélé le niveau de faiblesse des systèmes de santé des Etats ouest-africains, à faire efficacement face à cette épidémie, a constitué le coup d’accélérateur à l’idée d’un réseau ouest africain de surveillance des maladies déjà en gestation.

Mission du Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies

Le Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies de la CEDEAO, dont la décision de la création a été prise au mois de Mai 2015 à Accra au Ghana, par les Chefs d’Etat de la région ouest-africaine, a pour but d’appuyer les pays membres afin de préparer et d’assurer au mieux la riposte face à tous les défis liés aux urgences de santé publique.

Plus concrètement,le centre a pour devoir de veiller, d’identifier, d’alerter précocement, de communiquer les risques d’épidémie et d’accompagner les Etats membres à la riposte aux épidémies dans l’espace CEDEAO.Le centre dispose comme stratégies : la formation des acteurs, la recherche, l’investigation et la riposte aux épidémies, mais également la mise en réseau des laboratoires des Etats membres.

Rôle du centre

Le Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies de la CEDEAO est appelé à jouer plusieurs rôles, entre autres : établir la liste des capacités existantes dans la région ouest-africaine ; apporter une assistance technique et scientifique aux pays pour la collecte et la compilation des données; fournir des informations dans les meilleurs délais à l’OMS et aux autres partenaires ; mobiliser les ressources humaines, matérielles et logistiques disponibles dans le cadre de la prévention et de la riposte ; assurer la qualité de la surveillance.

Les représentations du centre régional au niveau des pays

Le centre régional, basé à Abuja au Nigéria,a l’obligation des’appuyer sur les acteurs et les entités compétentes de chacun des Etats membre. Il est appelé à coopérer avec les autorités compétentes de chacun des Etats à leur demande. Cependant, il agit sous la supervision de la CEDEAO.

Au niveau des pays, il est représenté par des institutions nationales de coordination de la riposte (INC), créées sur la base des structures déjà existantes. Ces INC ont pour mission de coordonner la mise en œuvre des interventions pour la surveillance des maladies dans le pays. A cet effet, une Equipe Régionale d’Intervention Rapide, constituée des compétences des différents pays, est mise en place avec pour but de rassurer gouvernements et populations qu’une intervention rapide et appropriée peut être apportée aux épidémies et urgences sanitaires en temps opportun. 

Au Togo,le rôle de l’institution nationale de coordination de la riposte est joué par l’Institut National d’Hygiène (INH), qui déjà assure la mission de laboratoire national de référence (LNR) pour la surveillance des Maladies à Potentiel épidémique (MPE).

loeildafrique

+22897079644

 

Retour à l'accueil