Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'OEIL D'AFRIQUE

Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique

13 Novembre 2016, 18:06pm

Publié par LOEILDAFRIQUE

Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique

 

Condamnation unanime de la violence au nom de l’islam

 

Le déroulement de l’actualité nationale et internationale et les faits historiques, développent le sentiment d’un accaparement de l’image ou du statut d’être musulman pour des actes de démonstration de violence. Sans qu’on ne soit à même de découvrir la profondeur de la pensée des personnes agissant sous ce couvert, cette incarnation apparente dont ils se revendiquent est le seul élément suffisant pour pouvoir définir leur identité réelle. Mais existe-t-il vraiment un lien entre l’apparence et leur nature intrinsèque ?

En effet, le terrorisme exacerbé exécuté au mépris des règles préétablies engendre des victimes dans tous les camps. Et généralement, les acteurs de ces récidives forfaitures se revendiquent toujours adeptes de la religion islamique. A un certain moment, on a cru à des infiltrations idéologiques en vue de déstabiliser profondément cette religion. Cependant, la persistance des faits laisse toujours confondre à des prises de position contre ou en faveur de l’islam.

La grande rencontre organisée par le confrère Magazine Pacific ce 12 novembre à Lomé, tentant de donner lumière sur quelques mots liés à l’islam, habituellement au livre saint servant épisodiquement et maladroitement de slogan et concept associé  au foyer de violence, conforte inexorablement dans la pensée qu’il existe une sorte de culpabilité infligé à eux et au monde par ce qui agissent ainsi, profonde ressentie par les membres ou adeptes de cette religion. Autant faire ce peu pour sauver les meubles…

Mais il est trop facile de croire qu’à la suite de cet acte de pseudo délivrance, de bonne foi, le monde redeviendrait pacifique. Parce que le problème est plus que verbal : c’est dans le cœur des hommes que nait la violence, et la paix aussi.

Bien vrai que dans la recherche des causes de cette violence, il existe des facteurs liés à la pauvreté, la misère, le dénuement … des éléments auxquels s’ajoute l’endoctrinement d’un genre nouveau, doublé d’un tare générationnel, le tout dans un environnement prospère à l’évolution sans frein de l’obsédant, effet détonateur d’une crise mondiale sans précédent. Mais les responsabilités générées par cette situation sont autant de toute part que ces parties prenantes se tirent concurremment le drap de l’innocence.

La géopolitique mondiale est parfois faite d’intérêts opaques utilisant des mains d’œuvre conditionnées de fait à servir les causes dont elles ne sont pas forcément convaincues. Et pour des intérêts de domination ou encore matériels.. Et pourquoi remarque-t-on toujours au sein de ce groupuscule, cette tendance dont on parle ?

Il revient de trouver les éléments nécessaires pour résoudre les fondements de cette crise à laquelle fait face l’humanité toute entière. Le réveil de conscience, bien que paraissant tardif de la part des communicateurs de cette rencontre de Lomé trouve son justificatif dans cette tentative de remédier à la dangereuse croissance de l’instrumentalisation ou pas de l’islam à des fins inavouées.

Au cours de cet atelier, des interpretation ont été données à certains préceptes usuels propres à l’islam, porteurs de germe de paix, loin des usages connotés utilisés de façon récurrente sur les scènes de violence. Les préceptes et vocables et linguistiques utilisés comme apologie aux crimes et ignominies se revendiquent ou se réclament appartenant à l’islam qui en défend leur fondement, d’une certaine manière, une pseudo philosophie en panne de légitimité, dénoncés par les orateurs.

Plusieurs écrits ont longuement polémiqué sur l’orientation de la religion islamique. L’attentat contre les journalistes de Charlie Hebdo po

ur cause d’une certaine caricature, de l’agression perpétrée sur notre directeur de publication à Nyékonakpoè au Togo, par des fondamentalistes intégristes en passe d’asservir ou d’endoctriner les sans emplois du quartier, ne laisse guère indifférent quant à la préoccupation de rechercher la paix. La montée des courants religieux contradictoires et rivaux au sein de l’islam en Moyen-Orient (Iran, Irak, Afghanistan, pays de la Péninsule Arabique, Pakistan) ne régente-t-elle pas la prospérité de cette tendance ?

Les médias jouent un rôle incontournable et indéniable dans la stabilisation et la conservation de l’ordre établi et la paix mondiale. Mais encore faut-il que les pairs religieux, détenteurs des reines de la religion islamique œuvrent à ce que les malfaiteurs ne se cachent pas derrière l’islam pour commettre des atrocités.

C’est dans ce contexte que le Magazine Pacific a organisé ce samedi 12 novembre 2016 à Lomé, un atelier de professionnels des médias sur le renforcement de capacités pour la maitrise des terminologies islamiques. Une première dans le paysage religieux togolais qui a pour thème : « éclairage sur les concepts critiques de l’islam ».

L’objectif est de pourvoir les journalistes d’une compréhension des concepts islamiques une vue d’une restitution à la communauté des idéaux de l’islam, car précisent-ils « avant de montrer la voie aux autres, il faut avoir sa propre torche ».

Donner un véritable sens authentique Fatwa, Chiite, Sunnite, Salafiste, Jihad, Wahabite, Charia, Chahada, Bida, Dawa.

Le représentant du ministre de la communication, Franck Missite, a salué cette initiative qui milite en faveur d’une paix durable à travers les journalistes.

Cette séance de formation a bénéficié de la présence de nombreuses personnalités dont l’Ambassadeur de l’Egypte au Togo, l’ex-ministre Atcha Titkpina, de Mathias Ayéna de la Haac…

Bien avant cette date d’autres initiatives allant dans le même sens ont été menées dont la formation à des médias publics et privés sur les thématiques sécurités organisée par la Fédération Internationale des Journalistes Editeurs et Ecrivains Francophones (FIJEEF) assistée par les experts venus de France de l’Institut International des Métiers de Sécurité (2IMS). Il se forme alors une véritable coalition pour la lutte contre l’insécurité et le terrorisme à travers l’éducation au Togo.

 

AMIDATOU RACHEL Y.

LOEILDAFRIQUE

+22890214293

 

Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Togo / Journalisme et  appropriation du lexique islamique
Commenter cet article