COMMUNIQUE

A l'initiative du gouvernement, les ministres de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Monsieur Gilbert BAWARA, ainsi que des enseignements primaire, secondaire et de la formation professionnelle, le Professeur Komi TCHAKPELE, ont rencontré ce lundi 26 décembre 2016, les sept centrales syndicales au cabinet du ministère de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative.

La rencontre était consacrée à un passage en revue des sujets d'intérêt commun.

En guise d'introduction, les deux membres du gouvernement ont fait le point de la situation concernant les tensions et les mouvements qui agitent le secteur de l'éducation. Ils ont notamment rappelé les rencontres et échanges qu'ils avaient eus avec les responsables de la Coordination des Syndicats de l'Education du Togo (CSET) afin de leur expliquer que l'ensemble de leurs préoccupations et revendications était déjà débattu et traité au sein du Cadre Permanent de Concertation (CPC).

Lors des discussions, les centrales syndicales ont fait état de la rencontre qu'elles avaient eue avec la CSET et renouvelé leur demande pour un entretien associant les organisations syndicales concernées. A ce propos, les membres du gouvernement ont souligné les mesures et dispositions diligentes qui ont été prises en vue de l'intégration des enseignants auxiliaires dans le corps des fonctionnaires. A ce jour, la quasi-totalité des enseignants auxiliaires a déjà fait l'objet des actes de nomination. Il reste uniquement quelques cas résiduels dont les dossiers sont incomplets. Les ministres ont dès lors sollicité l'appui des centrales syndicales pour permettre aux agents concernés de fournir les pièces manquantes. En définitive, sur l'ensemble des préoccupations et des revendications exprimées, seule la question du statut particulier continue véritablement à cristalliser la tension.

A ce propos, il a été convenu de la mise en place dès le mois de janvier 2017 d'un groupe de travail comprenant les membres du CPC, élargi aux représentants des centrales syndicales ainsi que des organisations de parents d'élèves. Outre la problématique du statut particulier, l'ensemble des défis et des enjeux touchant au secteur de l'éducation sera examiné et des mesures concrètes et durables seront préconisées. Les participants à la réunion ont convenu de la nécessité d'améliorer et de renforcer l'information et la communication concernant les mesures prises dans le secteur de l'éducation.

A l'issue des échanges, les centrales syndicales ont réitéré leur demande pour une rencontre associant la Coordination des Syndicats de l'Education du Togo (CSET). A cet égard, le gouvernement a réaffirmé sa disponibilité et sa volonté d'ouverture et exhorté les partenaires sociaux à continuer d'œuvrer en vue de la restauration et de la préservation du climat de calme et de sérénité en milieux scolaires.

Fait à Lomé, le 26 décembre 2016

Retour à l'accueil