Une nouvelle stratégie pour la gestion des migrations pour le développement

 

La question de migration est d’actualité. La déclaration universelle des droits de l’homme consacre la liberté pour l’être humain de se déplacer et de s’installer dans un milieu autre que celui de sa résidence d’origine. Au-delà des raisons désastreuses qui poussent nombres de citoyens à opter pour l’exile à la recherche d’un mieux être, il existe aussi le besoin de changer d’air ou de lieu, pour certains peuples nomades. Ainsi, sur la cote ouest africaine, plusieurs peuples se retrouvent de part et d’autres des frontières artificielles. C’est le cas des Anwlans, des Mossi, des Awussa…

Les autorités togolaises se sont inscrites depuis 2012 dans la dynamique internationale de mettre à contribution la migration et en tirer profit pour le développement de l’économie nationale. Comme en Haïti, la diaspora togolaise peut apporter sa pierre à l’amélioration des conditions de vie.

Dans la vision d’une politique nationale de migration, il a été élaboré en 2013 avec l’appui financier de l’Union Européenne et de l’UNFPA une stratégie de migration et développement.  Cette stratégie vise à trouver les voies et moyens pour la gestion de la diaspora et le transfert des fonds des migrants. A l’issue des travaux, il a été formé des groupes thématiques pour travailler sur les liens avec les communautés expatriés ; la question financière ; la facilitation de la mobilité, la dimension humaine et sociale.

Un atelier de validation de cette stratégie nationale de migration et développement s’est tenu ce 02 décembre 2016 à l’hotel Eda Oba. Il réunit les représentants des services techniques gouvernementaux et les organisations de la société civile ainsi que les partenaires techniques et financiers membres des groupes thématiques migration et développement tel que « Mieux, Migration EU Expertise ».

L’Objectif de ces assises est de plancher sur le dernier draft de la stratégie nationale de migration et développement en vue de sa validation.  Le gouvernement en inscrivant la question de migration au nombre des priorités de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE).

Les travaux de ce jour permettront d’apprécier les résultats de l’analyse de la situation nationale en matière de migration et d’apporter les contributions du gouvernement en ce qui concerne les pistes définies pour sa meilleure gestion dans la stratégie.

Retour à l'accueil