MARY ALLEN, Coordinateur Afrique de l'Ouest de Practical Action Consulting

MARY ALLEN, Coordinateur Afrique de l'Ouest de Practical Action Consulting

 

Smart villages au Togo, une approche viable

 

L’accès à l’énergie contribue à la croissance à hauteur de 10%. Malheureusement, plusieurs villages en Afrique de l’ouest sont sans énergie du fait du coût élevé des installations classiques de la fourniture d’électricité. Il revient donc de trouver une solution alternative inclusive, tenant compte des disponibilités naturelles des milieux africains selon que le climat en Afrique est ensoleillé. C’est la démarche de Practical Action, en rendant public son rapport 2016 et en proposant de villages intelligents pour assurer la disponibilité de l’énergie dans les milieux ruraux.

Le rapport 2016 des perspectives énergétiques pour les populations pauvres a été lancé ce 20 Février à l’hôtel Sarakawa de Lomé en présence d’une soixantaine de participants dont des experts, des entités gouvernementales, des universitaires, des partenaires en développement, le secteur privé, les médias. D’un point de vue global, le rapport précise que sur un pourcentage de 50% d’accès à l’électricité révélé, les études montrent que seuls 16% d’électricité dans les milieux ruraux, où l’électricité peut être utilisée également pour la cuisson, l’élevage, l’agriculture, bref dans les activités génératrices de revenus.

L’édition 2016 de ce rapport s’appuie sur un travail de terrain mené auprès de ménages, d’entreprises et de services communautaires sélectionnés au Bangladesh, au Kenya et au Togo.

Depuis six ans, les rapports perspectifs énergétiques des populations pauvres élaborés par Practical Action sont publiés afin de porter haut les besoins des populations énergétiquement vulnérables. Justement, face à ces besoins, des approches de solution, ont été proposés, tout en prenant en compte que ce volet 7 des Objectifs de Développement Durable (ODD) est priorité de la nouvelle stratégie sur l’énergie durable du PNUD: développer les stratégies d’accès à l’énergie pour les populations rurales par le biais d’option énergétiques décentralisées.

Procédure

Une étude diligentée par l’ONG Américaine Practical Action sur trois (3) pays (Bangladesh, Kénya, Togo) révèle que le Togo occupe la troisième place en ce qui concerne l’accès équitable aux sources d’énergie des populations démunies. Ainsi, sur proposition de deux villages par préfecture au Togo, des témoignages et révélations recueillis sur le terrain, ont donné lieu à l’élaboration d’approches de solutions moins coûteuses susceptibles de satisfaire sur le long terme les nécessités prioritaires.

Smart villages, une solution ?

L’initiative a été prise de créer des villages intelligents (smart villages) pour les populations qui semblent coupées du monde du fait de n’avoir pas accès à aucune source d’énergie, cette énergie donne droit à l’éducation, à l’information, et qui réduit les corvées des ménages.

Au Togo, après 7 à 8 mois de travaux de recherche, se basant sur des critères liés à la diversification des populations ou leur concentration, leur culture et la topographie des milieux, quatre villages ont été retenus pour expérimenter le village intelligent : Kamé (Préfecture du Haho), Assoukoko (Préfecture de Blitta), Nandjouaré (Préfecture de Tandjouaré), Koulmasi (Préfecture de Tône).

Ce projet vise à fournir aux décideurs politiques, aux partenaires en développement qui s’intéressent à l’accès énergétique rural, de nouvelles perspectives concernant les obstacles réels à l’accès énergétique des villages dans les pays en développement, en exhortant aussi les dirigeants et les populations à se tourner vers les énergies renouvelables autonomes.

Selon Mary Allen, Coordinateur Afrique de l’Ouest de Practical Action, l’ambition de réaliser l’énergie pour tous d’ici 2030, va de paire avec les opportunités d’accès équitable offertes dans les milieux ruraux. On ne pourrait pas réaliser les autres objectifs de développement durable, poursuit-elle, si le volet 7 des ODD n’est pas satisfait au prime abord, l’énergie étant un levier pour la réalisation des objectifs.

Précisons que l’un des villages susmentionnés a été retenu également pour bénéficier d’un central énergétique solaire par le Ministère des Mines et de l’Energie : le village d’Assoukoko à Blitta.

Commentaires

Bien que l’énergie solaire apparaisse une solution technique, le coût financier, pour le villageois togolais principalement, est inaccessible, dans la mesure où, le Togo a connu une longue année de déstructuration du tissu socio-économique appauvrissant les villageois et aggravant leurs besoins. Il ya lieu de trouver une solution intermédiaire : chercher par exemple des fonds appropriés ou des financements pour installer des panneaux solaires aux villageois qui rembourseront progressivement selon leur consommation journalière en électricité. Au cas échéant, nous souffrons que l’énergie solaire, particulièrement au Togo, restera l’apanage de quelques privilégiés riches financièrement. Il ne faut pas oublier que la croissance économique au Togo est de 5%.

L’Œil d’Afrique

+228 90214293 - 97079644

Retour à l'accueil