2559 cas d’accidents, 315 morts, 5245 blessés

 

YARK DAMEHAME, Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile

Le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile, le Colonel Yark Damehame a procédé le 15 juin 2017 au bilan sécuritaire du Togo durant la période du 1er Janvier au 11 Juin 2017. C’était lors d’une conférence de presse en présence des responsables de la police et de la gendarmerie, du commissaire général de l’Office Togolais des Recettes, et éventuellement un parterre de journalistes des médias télé, radio, presse et internet.

A l’ordre du jour, la situation sur la sécurité routière et ferroviaire, la situation de la criminalité, les opérations entonnoirs, et les sanctions infligées aux agents de forces de l’ordre qui tombent sous le coup de la loi.

Après un résumé succinct dressé par le commissaire divisionnaire Eza, il ressort que les résultats s’annoncent déjà mauvais cette année : 2559 d’accidents, 315 morts, 5245 blessés en mi-parcours de l’année 2017 contre 2851 accidents, 473 décès, 3871 blessés en 2015 ; et 5393 accidents, 514 décès, et 6846 blessés en 2016. Les causes le plus souvent sont liées à l’accès de vitesse, à la non maitrise des engins et du code de la route, des dépassements défectueux, le mauvais état par endroit de la route, malgré la volonté manifeste du gouvernement en faveur de la réhabilitation des infrastructures routières.

Bien que le Chef de l’Etat ait déclaré 2014 l’année de la sécurité routière, depuis l’accident de Talo (préfecture de l’Ogou), les chiffres n’ont cessé d’évoluer graduellement : 400 décès en 2015, 500 en 2016, et déjà 315 en mi-2017.

Conscient de ce que la vie humaine n’a pas de prix, un ensemble de mesures sont en train d’être prises par le gouvernement afin de réduire à minima les risques d’accidents, en nombre desquelles on peut déjà citer la sensibilisation des usagers débutée depuis 2014, la création de la division de la sécurité routière (DSR), le payement des amendes forfaitaires pour les auteurs d’infraction au code de la route, et aussi des mesures à venir comme l’institution prochaine des tests de dépistage de drogue et d’alcool, la pose d’adhésifs réfléchissants sur les véhicules pour mieux les signaler, la généralisation des radars de contrôle routier.

Pour y parvenir, le ministre en charge de la sécurité et de la protection civile au Togo, lors d’une rencontre conjointe dans la grande salle de l’Agora Senghor ce 16 Juin 2017 avec le ministre du transport, le Ministre de l’Administration Territoire, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, et du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) ont sollicité l’appui des religieux, des chefs traditionnels ainsi que toute la population pour leurs accompagnements multiformes pour la sensibilisation à l’adoption de comportements sains, donnant le malheureux exemple du lynchage du Capitaine Mahamat au Ghana voisin.

Les discussions ont donc tourné ce 16 Juin autour du thème « comment faire pour que les citoyens vivent dignement leur foi, dans le respect des principes et lois ? ». Il ya lieu d’influencer par tous les moyens les statistiques des accidents de la circulation afin de préserver la paix sociale, la cohésion et la cohabitation au Togo.

Le HCRRUN pour sa part annonce d’ores et déjà l’organisation prochaine de cérémonie de purification, car selon les consultations, la terre de nos aïeux a trop bu du sang de ses enfants.

Suivez la déclaration du ministre Yark Damehane à la presse.

L'Oeil d'Afrique

+228 92178279 - 90214293

 

Yark Damehame, Ministre Togolais de la Sécurité et de la Protection Civile

Retour à l'accueil