Indice de performance de l’Economie togolaise en 2014 :
Indice de performance de l’Economie togolaise en 2014 :
Indice de performance de l’Economie togolaise en 2014 :

 

5,9% du taux de croissance

 

Après le passage en revue des performances du plan d’action triennal de la gestion des finances publiques par le Ministère de l’Economie et des Finances au Togo, c’est au tour de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED) de procéder à la publication officielle des comptes nationaux définitifs portant sur l’année 2014 ce 23 Août 2017 à la salle de conférence de la SAZOF.

Au terme d’un processus annuel examiné et validé techniquement par le comité PIB, le résultat définitif se partage actuellement lors d’un séminaire dont le but est de permettre aux acteurs, décideurs, à la société civile, aux partenaires, bref à la communauté nationale et internationale, de prendre toucher du doigt les réalités des activités économiques au Togo.

Ainsi pour le compte de l’année 2014, contrairement à l’année antérieure 2013 dont le taux de croissance était de 6,1%, ce taux est de 5,9% sensiblement en décroissance. Le taux de croissance réel des exportations étant de -8,0% et celui des importations -5,3%. Le Produit Intérieur Brut (PIB) qui avoisine les 2259,0 milliards fcfa dont les 47,1% sont constitués par le secteur tertiaire. Le secteur informel contribue à la formation du PIB à hauteur de 39,3% en 2014 contre 40,1% en 2013.

Selon un expert des statistiques, ce redressement du taux de croissance est dû à la poursuite des travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures de base, dont le coût a pesé lourd dans les recettes publiques, marquant l’année 2014 d’un recul d’inflation de 0,2% contre 1,8% en 2013.

Au sein de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), l’activité économique a été tirée à la hausse grâce à la Côte d’Ivoire qui a connu une pluviométrie permettant la réussite de la campagne agricole 2014-2015 avec un taux de croissance plus élevé de la sous-région soit 8,5%, au Togo, l’agriculture a bénéficié aussi d’une bonne campagne suite à une meilleure répartition spatio-temporelle de la pluviométrie.

De l’analyse de la demande, la dépense de consommation finale s’élève à 1744,2 milliards fcfa en 2014, alors qu’un an plus tôt, elle était de 1632,0 milliards fcfa ; représentant ainsi plus de 92,2% du PIB. Cette hausse serait due à la progression de la consommation finale des ménages (5,0%) et celle des administrations publiques (15%) en 2014.

Le solde en valeur courante des échanges extérieurs de biens et services passe de -422,8 milliards fcfa en 2013 à -407, milliards fcfa en 2014.

Paola Gosparini, représentante de l’Union Européenne qui accompagne la publication des comptes nationaux depuis 2007, se dit satisfaite que cet exercice d’auto-évaluation puisse rester régulier et que les autorités et les décideurs commencent à avoir l’habitude d’utiliser les données publiques à bon escient. Reste à œuvrer à ce que les données soient cohérentes avec celles du ministère des finances. L’idée est toujours d’appuyer davantage de critique et de laisser le pays avancer vers le développement, a-t-elle clôturé.

Pour le Directeur de Cabinet du Ministère de la planification du développement, Monsieur Edjéou Essohanam, la publication des comptes nationaux de 2014, après ceux de 2013, est le fruit des efforts entrepris depuis 2008 par le processus de relance de production de comptes nationaux et leur mise à disposition au public, et aussi coïncide avec la volonté du gouvernement de réaliser cette année le Recensement Général des Entreprises avec l’appui des partenaires. Il a précisé que les comptes de 2015 seront rendus publics au plus tard fin d’année 2017, afin de satisfaire les exigences des standards internationaux.   

 

Amidatou Yérima

L’œil d’Afrique

+228 92178279 - 90214293

Retour à l'accueil