Lutte contre la corruption : Lutte contre la corruption :
Lutte contre la corruption : Lutte contre la corruption :

 

L’ANCE lance le projet pilote d’action en justice

 

Des études ont montré que plus de 140 milliards de dollars sont soustraits à l’Afrique. Crime contre l’humanité, redoutable défis qui se pose à la bonne gouvernance, la corruption est aujourd’hui encore appelée à la barre à l’hotel ONOMO par l’ANCE Togo au cours d’un atelier – conférence ce 29 Aout 2017 pour le lancement d’un plan d’action dans le but de venir à bout des conséquences désastreuses engendrées par ce fléau séculaire. Pauvreté, évasion fiscale, désintéressement des bailleurs, délinquance, instabilité socio-politico-économique, incapacité de l’Etat à subvenir aux besoins primaires de la population, sont quelques effets néfastes de cette corruption dont il urge de trouver des solutions idoines afin de promouvoir le développement durable, en recouvrant les fonds évadés…

Depuis 2010, le Togo s’est engagé dans un processus de reforme dans la gestion de la chose publique, reformes qui ont conduit à la mise en place des instruments de contrôle tels que l’Office Togolais des Recettes (OTR), la Cour des Comptes, l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE), les inspections d’Etat… toutes ses instances dont la mission est la lutte contre la corruption. Ce qui démontre l’existence d’une volonté politique, surtout lorsque le Président de la République, en personne, a affirmé tout au début de son mandat : « Tolérance zéro à la corruption ».

Malgré tous ses efforts, Transparency International, à travers son indice de perception, a mesuré le niveau de corruption et classé le Togo 116ème pays le plus corrompu du monde et 23ème d’Afrique, et s’atèle sans relâche à attirer l’attention de tous sur les dangers de s’adonner à ces pratiques malsaines qui nuisent à la prospérité commune.

C’est dans cette logique, que l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE), se saisissant de cette prédisposition du gouvernement a élaboré un projet pilote d’action en justice contre les corrupteurs et les corrompus. Le coût total de ce projet est de 612854 Euros, financé à hauteur de 500 000 Euros par l’Union Européenne.

L’ONU-DC pour sa part se dit disposer à accompagner cette initiative de l’ANCE et invite les Organisations de la Société Civile (OSC) à se constituer partie civile dans cette action.

Nicolas Berlanga Martinez, Chef de délégation de l’Union Européenne au Togo explique que c’est de la fragilité de la société que nait la corruption, surtout en l’absence de sens d’intégrité morale. Ce pourquoi son institution finance le projet afin de garder une vision d’ensemble sur la population, vu que 40% des corruptions du monde proviennent des multinationales.

Quant à Essohanam Wiyao, Président de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées, il rappelle que le développement économique d’une nation passe forcément par la bonne gouvernance et la transparence. Et lorsque la corruption perdure, c’est les pauvres et la basse classe qui en pâtissent le plus, car l’inégalité et l’injustice gagnent le terrain et les investisseurs se découragent.

Rappelons que ce projet prend en compte toutes les couches socio-professionnelles dont  les sociétés civiles, les médias…

 

YERIMA Amidatou

L'Oeil d'Afrique

+228 97079644

 

 

Retour à l'accueil