Sécurité Alimentaire et Santé Publique
Sécurité Alimentaire et Santé Publique

 

L’ATC forme sur les précautions pour

 

une consommation saine des crudités

 

C’est autour de la table ovale, à CASEF que nombre de consommateurs, agriculteurs, fonctionnaires, et journalistes ont pris part à l’éveil citoyen organisé par l’Association Togolaise de Consommateurs (ATC) avec le concours techniques et financiers de Consumers International sur les notions et informations à avoir pour maitriser l’usage des produits chimiques sans impact sur l’alimentation.

Effectivement, sur plus de 500 variétés de produits phytosanitaires disponibles sur le marché togolais, même si l’on est améné à chercher la qualité du produit à utiliser, certains producteurs poussés par le manque de rentabilité et surtout de manque de superficie cultivable, optent pour le surdosage, pour arriver à joindre les deux bouts. Ce qui amène à s’inquiéter sur les résidus des pesticides dans les aliments.   

Dans son allocution de bienvenu, le Président de l’ATC a précisé que l’Organisation Internationale des Consommateurs (OIC) dans sa campagne « Green Action » est convaincue qu’une refonte totale de la politique agricole peut mener à une situation gagnant-gagnant pour l’environnement, le climat, la protection de la nature et des consommateurs, ainsi que pour les agriculteurs du monde entier.

En réalité, du fait que l’élevage ne soit plus combiné à la culture et du manque de fumier organique pour l’agriculture, l’on est amené à utiliser des engrais N, P et K, qui déséquilibrent et rendent malades les plantes. Une condition qui force les agriculteurs à l’usage des pesticides, et des produits phytosanitaires même parfois inadéquats.

Raison pour laquelle la rencontre de ce mardi 05 Septembre a été initiée pour attirer l’attention des acteurs agricoles, des consommateurs, de la société civile, et des décideurs, pour former les uns et les autres sur les risques du mauvais usage des pesticides sur la santé humaine.

Une démi-journée a suffi au professeur Gogovor pour parler de fond en comble à l’assistance des produits phytosanitaires utilisés pour renforcer la vigueur de nos cultures vivrières, et les dégâts que leur indélicat usage occasionne de façon inconsciente, sur l’organisme humain. Il a encouragé les producteurs à utiliser les produits homologués, c'est-à-dire officiellement autorisés par l’Etat et dans des conditions prescrites, pour éviter des surprises désagréables, mettant en garde sur des pollutions de sols et des risques de contamination des nappes souterraines au cas où des produits phytosanitaires et chimiques sont enterrés.

A la préoccupation de savoir, l’effet que pouvait avoir un pesticide sur les cultures que consomment les humains, le professeur explique que tous les produits biologiques au bénéfice des agriculteurs, ont une période de rémanence c'est-à-dire, une période à observer pour la dissipation des effets toxiques. L’observation des seuils fixés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne met pas en danger la population.

Amidatou Yerima

L'OEIL D'AFRIQUE

+228 97079644

 

Retour à l'accueil