Le Comité des Experts en travaux préparatifs

 

L’hôtel Eda Oba de Lomé abrite ce 04 Septembre 2017, les travaux préparatifs du comité des experts pour le compte de la 46ème Session du Conseil d’Administration de l’Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecines Vétérinaires, dont le Burkina Faso assure la présidence tournante par son ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, le Professeur Alkassoum MAÏGA.

L’Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecines Vétérinaires, en abrégé EISMV, dont le siège à Dakar et le Conseil d’Administration composé en principe des ministres des 15 Etats d’Afrique Occidentale et Centrale francophone, est une prestigieuse école qui en presque cinquante (50) ans d’existence a su former plus de 1500 docteurs vétérinaires, garants de la santé des cheptels, non seulement dans ses 15 pays membres, mais aussi dans les autres Etats du continent.  

En prélude à la rencontre annuelle du Conseil d’Administration prévue pour le jeudi prochain et dont l’objectif entre autres d’étudier les rapports d’activités et les perspectives à venir, et surtout de désigner le nouveau président par et parmi ses pairs, l’atelier de ce jour vise à étudier par des experts, le rapport académique et pédagogique de l’année antérieure.

La session 2017 de l’EISMV à Lomé est donc une occasion de retrouvaille pour les anciens et de meilleure connaissance pour les nouveaux à œuvrer pour la bonne marche de l’Ecole. Elle s’avère nécessaire en ce sens qu’elle permet un échange avec les autorités du pays d’accueil pour la mise en œuvre des différentes tâches inscrites dans son cahier de charge, entre autres la mise en place d’un comité d’organisation ad’hoc.

Pour Dr Tamboura Hamidou, Président du Comité des Experts, le principal défi reste la disponibilité des ressources, la conjugaison des efforts des Etats pour sauvegarder l’esprit de base qui a sous-tendu la création de l’institution. Pour le secteur vétérinaire, les produits qui sortent de l’école doivent permettre une meilleure productivité du cheptel, faire en sorte que les races d’animaux élevés puissent produire au maximum en préservant l’environnement.

Dans son discours d’ouverture, le Ministre Octave Nikoué Broohm, estime que dans des pays où l’agriculture est un pilier fondamental de l’économie, les docteurs vétérinaires sont un facteur majeur du développement. Ils doivent donc continuer d’exercer la mission qui est la leur, en contribuant au développement économique du continent par l’éradication de la pauvreté et de la faim, en soignant les animaux et en favorisant l’accroissement des cheptels. L’éducation des populations dans la prévention de la propagation des maladies est une nécessité, surtout en ce moment où le changement climatique modifie les comportements des animaux et de leurs logis.

Rappelons que la réunion des Experts d’aujourd’hui prépare la 46ème session du conseil d’administration qui se tiendra à Lomé, dès jeudi prochain.

 

L’Oeil d’Afrique

+97079644 - 90214293

 

 

Retour à l'accueil