Togo : Lutte contre la corruption
Togo : Lutte contre la corruption

 

ANCE-Togo, UE, Transparency International,

Gouvernement Togolais mènent une lutte contre la

corruption à travers une large coalition avec les médias

 

Un atelier de planification du plaidoyer de Transparency en Afrique de l’Ouest se déroule dans la capitale togolaise, du 13 au 15 septembre 2017. Ce premier volet du projet s'attaquera aux domaines foncier et de l'éducation afin de partager avec les sections nationales et les partenaires de Transparency International intéressés des outils de suivi et plaidoyer relatifs aux Objectifs de Développement Durable (ODD).

Durant trois (03) jours, les participants vont pouvoir plancher sur le fléau de la corruption en Afrique de l’Ouest, par l'adoption d'une feuille de route pour des engagements de TI avec les parties prenantes de la gouvernance foncière et des systèmes d'éducation dans l'espace CEDEAO sur l'adoption et l'application des normes anti-corruption dans ces secteurs concernés. Cette rencontre intervient au moment où l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE) devient officiellement au Togo Contact National de Transparency International (TI), grâce à une convention de contact national. Les efforts sans cesse consentis par l’ANCE Togo depuis sa création viennent d’être récompensés.

L’ANCE Togo, certes, à l’étape actuelle ne dispose que du statut d’affiliation progressive, déjà on peut se réjouir qu’elle participe activement à la vie du mouvement et notamment aux réunions des membres, sans toutefois disposer de droits de vote. « Ce qui ne tardera pas à venir », de l’avis d’un observateur.

Cette nouvelle position octroie à L’ANCE-Togo des bénéfices et d’appuis multiformes de Transparency International, en vu de mener à bien ses différents projets dont on espère que leur meilleur aboutissement pourrait à terme, donner une certaine satisfaction aux parties prenantes de la coalition en lutte contre la corruption. Tout en contribuant dans la mesure du possible à renforcer les rapports entre ces acteurs, ce présent contrat pourrait connaitre de nouvelles extensions.

Rappelons que la bonne nouvelle avait été communiquée au Président du Conseil d’Administration de l’ANCE-Togo, le Révérend Père Daniel NIPAPE le 17 mai 2017. Une information qui vient remplir le vide d’inaction longtemps observée de la part de la société civile togolaise, dont il n’est pas abusif de considérer comme timorée, bien que le cadre juridique ait été largement reformé.

En menant une lutte acharnée contre la corruption, l’ANCE-Togo, au vu de certains observateurs, va créer un précédent d’exemplarité par la poursuite des cas de fraude et de corruption, jamais initiés devant les tribunaux.

Avec la création des institutions telles que la Haute Autorité de la Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées, on espère bien, pour sortir de la léthargie ou de l’immobilisme et atteindre les objectifs fixés, mettre ensemble tous les acteurs du secteur progressivement, afin d’éradiquer ce fléau qui selon le Chargé d’Affaire de l’Union Européenne au Togo, Vincent Vire, n’est pas une fatalité dans la mesure où des avancées réalisées ailleurs, dans d’autres contrées, sont possibles au Togo.

Selon le Directeur Exécutif de l’ANCE Togo, Mr Ebeh Kodjo Fabrice, le projet vise entre autres à renforcer en équipement, informer et former surtout, dans le but d’aider à un meilleur comportement.

A cet effet, pour couvrir les charges, l’Union Européenne assure la mise en action du projet par une enveloppe de 500 milles Euros.

Considérant la corruption comme la source des injustices dans nos communautés, le Président du Conseil d’Administration, le Révérend Père Daniel NIPAPE insiste qu’une lutte efficace soit livrée à ce fléau. C’est fort de cela que l’ANCE-Togo a adopté une nouvelle approche en s’appuyant sur l’expertise de Transparency International, une démarche qui cadre avec les besoins du peuple togolais représenté à cette réunion par les premiers responsables de l’institution étatique, symbole de l’esprit nouveau avec lequel doivent être gérées les affaires de l’Etat.

Selon toujours le Révérend Père, la lutte contre la corruption est bien importante pour le développement des pays, dans la mesure où, nos communautés affectées par la corruption subissent des crises existentielles, un paradoxe pour des pays riches en ressources naturelles.

Pour rendre effective la volonté affichée, les ressources adéquates, les cadres légaux, sont des défis énormes, autant les lois souffrent de leur faiblesse, et les institutions de l’inefficacité. Il revient aux médias et Organisations de la Société Civile de dire ce qui fonctionne tout en dénonçant les manquements et surtout proposer des solutions.

Notons que l’Union Européenne intervient dans le renforcement de la gestion des finances publiques au Togo comme dans d’autres pays par des appuies budgétaires, selon que les comptes d’Etat sont bien gérés, condition sine qua none d’un partenariat efficace. Il ya lieu de s’assurer que les comptes sont bien gérés et que la reddition des comptes soit effective, sous la supervision des organisations de la société civile et des médias. Un ensemble de réformes en cours au Togo, grâce aux efforts conjugués des partenaires techniques et financiers (PTF) et des dirigeants du Togo.

 

L’Oeil d’Afrique

+228 90214293 - 97079644

 

Togo : Lutte contre la corruption
Togo : Lutte contre la corruption
Retour à l'accueil