L'OEIL D'AFRIQUE

Togo, Gouvernance Média / Horizon 2023 : Muter en Société de presse ou perdre son récépissé ? Les responsables d’organe de presse devront choisir

10 Avril 2021, 16:29pm

Publié par L'OEIL D'AFRIQUE

Akodah AYEWOUADAN, Ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement
Togo, Gouvernance Média
Horizon 2023 : Muter en Société de presse ou perdre son récépissé ?
Les responsables d’organe de presse devront choisir

 

L’ŒIL D’AFRIQUE, LE 10-04-2021

+22890214293-97079644

Les perspectives ouvertes aux journalistes à travers le nouveau code de la presse font l’objet d’une rencontre des acteurs de médias placés sur le thème : « Le nouveau code de la presse et de la communication : enjeux et défis », rencontre animée les 8 et 9 avril 2021, afin de débattre ensemble des conditions qui encadrent l’entrée en vigueur prochaine de ce code.

En effet, le nouveau code de la presse et de la communication modifié et adopté le 7 janvier 2020 a été au centre des débats entre professionnels de médias, à l’initiative du ministère de tutelle, ministère de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement, avec au premier rang, le Ministre Akodah AYEWOUADAN… Il s’agit donc pour les acteurs de la presse, dans son ensemble, de s’imprégner des innovations contenues dans ledit code, de renforcer les capacités et d’échanger des connaissances sur les droits, devoirs, éthique et déontologie du métier …

Au nombre des communications à l’ordre du jour, se trouve l’innovant sujet de la transformation des organes de presse en société de presse, et le moratoire de 3 ans à compter de son adoption, c’est-à-dire 2020.

Effectivement, un moratoire qui prend fin en 2023, a été accordé aux organes de presse exerçant sur le territoire togolais pour muter vers des sociétés de presse (SARL, SARL-U, SNC, SA, ..) sous peine de se voir retirer leur récépissé de parution.

C’est donc pour permettre aux journalistes d’avoir une compréhension et une bonne connaissance desdites dispositions et des avantages y découlant, que le Ministre de la communication et des médias a fait personnellement le déplacement sur Atakpamé, au Centre Culturel, pour échanger et rassurer des intentions qui motivent ces changements.

Le Ministre Akodah AYEWOUADAN conclut en précisant que ces sessions sont organisées à Atakpamé et Kara, en prélude aux changements à venir dans le secteur des médias, dont une communication en session des ministres et des annonces clairement en faveur du secteur de la communication et des médias…très prochainement…

Aussi, le sujet relatif au fonds d’accompagnement a-t-il été abordé, de même que les dispositions juridiques existantes en matière de délits. Un important chapitre débattu de fond en comble, avec l’intervention d’Eminents Juristes, Cadres et Experts CFI MEDIA, avec pour objectif qu’à l’issue de ces sessions de formation, les journalistes aient la maîtrise des textes qui encadrent le métier, et soient capables de l’appliquer sur le terrain pour une amélioration d’une manière générale des conditions de travail du Journaliste.

En somme, ces moyens intellectuels donnés aux journalistes témoignent de la préoccupation de l’Etat du Togo, de voir le secteur de media nourrir son homme, tout  en servant à la démocratie, à travers un ambitieux programme piloté par le Pr AYEWOUADAN qui a discuté sans complexe ni tabou, et clairement toutes les inquiétudes portées à son endroit, avec l’ambition de conquérir d’autres marchés, soulevé par l’Expert Ayegnon Blaise, en rapport avec l’augmentation de l'audience et la valorisation des productions, citant en exemple la mise à profit du numérique, et au besoin de recouvrement des ristournes liées à l'exploitation des données et contenus des médias togolais par des moteurs de recherche du géant  mondial Google et les réseaux sociaux, bien attendu, des contenus qui répondent aux principes journalistiques...

Il s’agit d’accroître les revenus, en respectant les intérêts des parties, mais aussi face à des nouvelles charges afférentes au coût subséquent à une véritable société de presse, lors de cette rencontre, les suggestions ont été apportées et aussi des inquiétudes soulevées les acteurs du secteur de media, non par manque aussi de manque leur adhésion à ce vaste chantier.

Lors de son intervention, le ministre de la communication a rappelé aux hommes et femmes des médias que c’est en établissant ce lien que nous grandirons ensemble. Et rappeler de vive voix aux hommes et femmes des  médias  à la nécessité  de reconnaitre les limites de leurs rôles. Le ministre de la communication a également montré la volonté de son cabinet à accompagner à la professionnalisation.

Commentaire

En effet au TOGO, des reformes sont menées dans les secteurs de l’audiovisuel et de la communication pour avoir des résultats, des formations sont ouvertes au Centre de Formation et de Recyclage en Communication (CFRC), et l’école de journalisme de  l’université également réouverte, grâce à une volonté politique et au soutien de la  France. Il s’agit de donner de la compétence aux journalistes, après l’ouverture de ces formations académiques se poursuivent à côté d’autres initiatives. Aujourd’hui vient désormais la dissémination des informations sur le nouveau cadre réglementaire. 

Précisons que ces mutations sont indispensables pour rendre viables toutes professions. Certes, la presse togolaise bénéficie d’une attention sérieuse de l’autorité publique, et ce, depuis toujours, mais pour le principe, surtout celui qui veut bien que  l’on entre dans les mutations pour pouvoir exister et prospérer, des efforts se sont revitalisés, à l’instar de l’initiative permettant de faire accompagner les organes de presse à se convertir en de véritables sociétés de presse capables de bénéficier des avantages prévus par les textes.

Cette rencontre d’Atakpamé qui s’inscrit dans la continuité transformationnelle, aux yeux des participants, constitue la preuve par A+B de la tenue des promesses du chef de l’Etat du Togo, celle de donner les meilleurs moyens à la presse pour sa  professionnalisation; un processus qui se construit de jour en jour. Après l’ouverture de PROFAMED-MEDIA, initié par les prédécesseurs du ministère, vient maintenant l’étape de la création des sociétés; des signes qui ne trompent pas, des enjeux qui demandent une véritable métacognition aux hommes de media.

Ricardo Valens

Commenter cet article